Être là

Le ciel, toujours vaste,
Le bruissement des ailes et des bêtes,
La force du vent dans les branches
Je peux rester ici
Sans jamais me lasser
Les ciels me donnent amplitude et couleurs infinies.

Un endroit dans une maison,
Les couleurs
L’odeur du matin,
La pluie fraîche
Je sens le sol qui se dilate
Tiens la cloche,
Un moment dans un village,
Les chants des oiseaux,
Roucoulement,
Léger bruissement
Dans le tilleul,
La maisonnée
Dort encore.

La maison ici, m’est
un solide endroit protecteur.

Et la joie et la vie et
ses inquiétudes s’y
Installent sans gêne.

J’écoute le vent.
Je souris.
La journée commence.

M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.