Rentrée littéraire 2020, 2 chroniques

Chronique sur un des romans de la rentrée littéraire 2020 via les Explolecteurs de Orange Lecteurs.com :

J’ai reçu cet été 2 romans sur les 4 prévus.

Voici ma chronique sur le premier de ces deux romans :

« La belle lumière  » d’Angélique Villeneuve, édité chez Le Passage, 230 pages.

dav

C’est une très belle surprise que ce roman français.Je n’avais encore rien lu de cette écrivaine, et j’ai maintenant très envie de rattraper mon « retard ».

mde

Ce roman explore avec sensibilité et chaleur, les tripes et les pensées de Kate, la mère d’Helen Keller.Nous sommes en Alabama fin du 19 ème. Kate vient d’ailleurs, du Nord, Elle est jeune mariée.

Elle a une relation charnelle, forte avec son bébé devenue aveugle suite à une forte fièvre.

Elles sont inséparables.A. Villeneuve nous donne accès merveilleusement bien à ce lien presqu’animal qui les enveloppe.Nous sommes aussi des mammifères, les odeurs, le toucher, les sens emplissent l’écriture de ce roman d’une facture sensuelle et charnelle.

Extrêmement touchant et réussi, j’ai adoré être en empathie avec Kate, ressentir ses tourments mais aussi ses joies.Dans un premier temps, Angélique Villeneuve nous raconte la lutte pour sauver Helen, puis la vie avec Helen malade dans un duo mère-fille ensauvagée et empli d’amour.

Enfin la 3ème partie aborde l’arrivée de Miss Sullivan de l’institution des aveugles de Boston, qui va s’installer chez eux pour éduquer Helen.

J’ai partagé avec émotion les sentiments paradoxaux de cette mère vis-à-vis de cette Miss, qui l’éloigne de son enfant tout en la faisant tant progresser.

Les liens du couple sont aussi finement décrits dans cette Amérique puritaine, tout comme ceux de Kate avec les gens de la plantation, elle qui n’a pas grandi dans le Sud esclavagiste, même s’ils ne plus esclaves mais encore tellement asservis par ailleurs.

J’ai aimé chaque ligne de ce superbe roman si empli de sensations.Ce qui précisément, selon moi, fait le coeur et le sel de la Vie.C’est profond, bien écrit parce qu’authentique avec intelligence et coeur, sans raccourcis simplistes et c’est absolument extraordinaire de compréhension d’une femme à une autre femme de sa situation d’amour fort, complexe, et si vivante !

C’est une très belle réussite que ce roman à l’écriture élégante et vibrante que je vous recommande chaleureusement.



——————————————–

Stella Finzi de Alain Teulié chez R Laffont 217 pages.

dav

Stella Finzi est un roman dont le narrateur, revient sur une période de sa vie passée à Rome.Il est mécontent, veut en finir avec la vie et nous inflige le récit de ses malheurs.

Il rencontre alors une femme dans son café romain favori, elle est laide trouve-il, donc infréquentable.Néanmoins il va passer la majeure partie de son temps avec elle, et surtout grâce à son argent. Voici pour l’essentiel de l’ « intrigue » si je puis dire.

J’ai absolument détesté ce roman. L’écriture est aussi prétentieuse et mauvaise que le personnage principal et le peu d’histoire que l’auteur nous assène. C’est incroyable de penser que cela a pu être édité par une maison aussi connue que Robert Laffond. Je n’en reviens toujours pas. Le style est ampoulé, on dirait qu’il a écrit avec un dictionnaire sous le bras.Mais par dessus-tout c’est inintéressant.

Vous saurez tout de ce que mange Vincent, le personnage principale de ce à quoi il songe , de ses pseudo affres, jusqu’aux détails de ses petits déjeuners.Ce qui m’a irrité par dessus-tout c’est la traitement infligé au personnage féminin Stella. Nul n’est aussi laid de visage qu’il ou elle se gâche à ce point la vie.

La beauté est certes l’objet de canons sociaux, il n’empêche que c’est subjectif et lié à la façon que nous avons de vivre avec nous-même. Ce récit est tout bonnement ridicule.Il faut être un du type masculin et du vieux monde étriqué, pour l’avoir conçu, les femmes ne se sacrifient plus ainsi pour un obscur inconnu en panne de tout : D’inspiration, d’argent, et d’empathie.

Oui, car en plus, le personnage masculin est… écrivain ! Ah c’est pitoyable vraiment: Fuyez ce livre. Il y a tant à lire de plus intelligent et sensible ailleurs.

1 commentaire sur “Rentrée littéraire 2020, 2 chroniques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.